Critique de The Verdi Album

Si l'on devait brosser un portrait de Sonya Yoncheva, on insisterait sans aucun doute sur sa curiosité et sa témérité. Rares sont celles qui, à 36 ans, peuvent se vanter d'avoir un répertoire allant de Poppea (L'Incoronazione di Poppea, Monteverdi) à Tosca de Puccini. Aux rôles typiques d'une jeune soprano lyrique (Mimi de La Bohème, Antonia des Contes d'Hoffmann, Gilda de Rigoletto), Sonya Yoncheva ajoute à une rapidité déconcertante des rôles de plus en plus dramatiques : Desdemona d'OtelloNorma, Elisabeth de Don Carlos... Le présent récital verdien, paru chez Sony Classical ce 2 février, est un reflet assez fidèle de l'insatiabilité de l'artiste bulgare. Plus de traces de ses rôles lyriques passés, nous sommes ici dans la chasse gardée des sopranos dramatiques.

Deux plages, disons le d'emblée, ne nous ont pas convaincue. L'air d'Odabella extrait d'Atilla met Sonya Yoncheva en difficulté dans l'aigu. Quant au redoutable air d'Abigaille, extrait de Nabucco, il est à double tranchant. "Anch'io dischiuso un girono" est chanté avec beaucoup de finesse, de douceur et avec un très beau phrasé. La strette, par contre, ne met pas la jeune chanteuse à son avantage. Elle exprime avec peine l'accès de fureur du personnage et coupe la reprise de la cabalette. Peut-être aurait-il mieux fallu ne pas la chanter du tout ou, du moins, ne pas terminer le récital sur elle ?

Le reste du récital, cependant, offre de belles réussites. Ainsi, "Tu puniscimi, o Signore" est un très beau moment de théâtre où l'indignation du personnage est exprimée par des graves poitrinés du plus bel effet et des aigus incisifs. Dans la strette du Trovatore, "Di tale amor che dirsi", les trilles et les aigus sont perlés et élégants. L'air de Leonora dans La Forza del Destino est une prière douloureuse et très émouvante, couronnée par une "Maledizione" pleine d'effroi. Le plus bel air de l'album reste sans doute l'"Ave Maria" extrait d'Otello où Sonya Yoncheva fait montre d'un médium moelleux qu'elle met au service d'un chant éthéré et gracieux.

Un beau récital en somme, avec de très beaux moments mais, malheureusement, quelques airs qui auraient gagnés à être abordés avec plus de maturité.

The Verdi Album Sonya Yoncheva Sony Classical 2018

The Verdi Album

Sonya Yoncheva, soprano

Münchner Rundkunftorchester

Direction musicale : Massimo Zanetti

 

1.      « Tacea la notte placia... Di tale amor che dirsi» - Il Trovatore

2.      « Tu puniscimi, o Signore » - Luisa Miller

3.      «  Liberamente or piangi... Oh! Nel fuggente nuvolo» - Attila

4.      « Tosto ei disse!... A te ascenda, o Dio clemente» - Stiffelio

5.      « Pace! Pace, mio Dio! » - La Forza del Destino

6.      « Ave Maria, piena di grazia » - Otello

7.      « Come in quest'ora bruna» - Simon Boccanegra

8.      « Tu che le vanità... Francia, nobil suol» - Don Carlo

9.      « Anch'io dischiuso un giorno... Salgo già del trono aurato» - Nabucco

CD Sony Classical 2018