Vous avez voté et voici les résultats de l'élection du chanteur et de la chanteuse de l'année ! Dans la catégorie chanteuse,  Elīna Garanča gagne haut la main avec 58 pourcents des voix. Derrière elle, Joyce DiDonato, Salome Jicia et Nina Stemme ont obtenu 14 pourcents chacune. Dans la catégorie chanteur, c'est Ludovic Tézier qui remporte haut la main le titre de chanteur de l'année avec 71 pourcents des voix, suivi par Juan Diego Florez et Jonas Kaufmann.

Elīna Garanča a été présente pour deux productions sur la scène de l'Opéra de Paris cette année. Elle a été une Carmen incandescente le temps d'une représentation d'exception aux côtés de Roberto Alagna au mois de juillet. Elle est revenue cet automne pour faire ses débuts verdiens en Princesse Eboli dans un Don Carlos à la distribution flamboyante. Alors que tous attendaient la première Elisabeth de Sonya Yoncheva, c'est Elīna Garanča qui avait retenu toute l'attention en délivrant une interprétation captivante. En dehors de nos frontières, la mezzo lettone a été un Octavian remarquable aux côtés de la dernière Maréchale de Renée Fleming au Metropolitan Opera et une Léonore captivante dans La Favorite à Munich. Elle a fini son année en Santuzza de Cavalleria Rusticanna à Londres.

Elina Garanca

Ludovic Tézier a chanté le rare Werther pour baryton aux côtés de la Charlotte de Sophie Koch au Wiener Staatsoper. Il y a aussi endossé le costume de Don Giovanni, rôle mozartien qu'il n'avait pas chanté depuis de nombreuses années, montrant ainsi qu'il n'avait pas perdu la fraîcheur vocale nécessaire. Il est également revenu au rôle de Lord Ashton dans Lucia di Lammermoor au Bayerische Staatsoper aux côtés de Diana Damrau et de Piotr Beczala. Le reste de l'année du baryton a été placée sous le signe de Verdi. Le Wiener Staatsoper l'a ainsi vu en Conte di Luna du Trovatore aux côtés d'Anna Netrebko. Tous deux ont conquis un public viennois en délire. Ludovic Tézier a ensuite fait ses débuts dans le rôle-titre de Simon Boccanegra au Théâtre des Champs Elysées et à l'Opéra de Monte Carlo. Cette nouvelle prise de rôle verdien réussie haut la main et unanimement saluée par la critique laissait présager le meilleur pour Iago, rôle qu'il devait aborder pour la première fois aux côtés de Maria Agresta et de Jonas Kaufmann à Londres. Mais la direction du Royal Opera House l'a très injustement remercié pour un motif futile. Dans le Don Carlos absolument époustouflant donné à l'Opéra de Paris cet automne, Ludovic Tézier s'est révélé un Rodrigue magistral, aussi bien vocalement que scéniquement. Enfin, le baryton français a donné un concert dédié à Dmitri Hvorostovsky à l'Opéra National de Lorraine, entourés de jeunes chanteurs choisis par ses soins.

 

Ludovic Tézier